Le don du sang : de la poche aux patients

Selon l’Etablissement Français du Sang (EFS), près de 2,8 millions de dons de produits sanguins auraient eu lieu en France en 2016. 2,5 millions de ces dons sont de sang total, 330 000 de plasma et 12 000 de plaquettes. Retour sur le voyage du sang: du donneur au receveur.

Le sang est un liquide corporel constitué de différents éléments. Le plasma, un mélange d’eau et de protéines qui servent notamment à la coagulation, représente 55% du volume sanguin. Les globules rouges, bien connus pour leur rôle de transport de l’oxygène, forment eux 44% de ce volume. Les 1% restants sont les plaquettes, responsables de la coagulation, et les globules blancs, qui préviennent les infections.

Voyage d’une poche

Une fois le don effectué, la poche de sang part en centre de traitement. Là-bas, les différents éléments sanguins sont séparés par centrifugation. Le principe de la centrifugation est simple : il s’agit de faire tourner très rapidement un liquide. Les éléments les plus lourds vont être amenés le plus loin, tandis que ceux léger restent plus proche du centre. Ainsi en prélevant les substances selon leur poids, on recueille du plasma, des plaquettes et des globules rouges. Lors d’un don de plasma ou de plaquettes, cette centrifugation a lieu en maison du don sur les machines puis une partie des substances sanguines sont réinjectées au donneur (lors d’un don de plasma sont réinjecté les globules rouges et les plaquettes par exemple). En fin de compte, on obtient séparément des poches de plasma, globules rouges et plaquettes.

Conserver les produits

Une fois cette séparation faite, les globules blancs doivent être retirés du sang car ils risquent de transmettre des maladies ou de provoquer des chocs. On appelle cela la déleucocytation. Le plasma est congelé entre -25°C et -35°C durant 1 an, les globules rouges sont conservés entre 2°C et 5°C pendant 42 jours. Les plaquettes ne supportent pas le froid, elles sont donc traitées aux UVB avec un produit chimique. Cette étape permet d’empêcher la prolifération des pathogènes. Elles ne se conservent que 5 jours.

Parallèlement, des tubes qui ont été prélevés au donneur sont analysés. On analyse la présence de virus, de bactéries ou de virus. On analyse également la sérologie du donneur, son taux de fer, de plaquettes… est testé aussi systématiquement le groupe sanguin du donneur.

Pour qui?

Les poches de plasma seront transfusées à des patients souffrants de troubles de la coagulation, de déficits immunitaires ou serviront à fabriquer des médicaments. Les poches de plaquettes seront transfusées à des personnes atteintes de leucémies, de maladies de la moelle osseuse, d’infections ou qui suivent des radio- ou des chimiothérapies. Les globules rouges, eux, seront utilisés pour soigner les anémies (manque de fer dans le sang, celui-ci sert à transporter l’oxygène), les ischémies (lorsqu’un tissu n’est plus oxygéné) ou encore les chocs hémorragiques.

Edoxie Allier (@AllierEdoxie), Alicia Aloisi (@AliciaAloisi)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *